Grand Jeu Concours Continental

Place aux jeunes !

Parmi les stagiaires R&D de la division Pneus de Continental, de nouveaux diplômés de l'université apprennent les ficelles du métier. Mais pour le reste, c’est à eux de tracer leur voie - conformément aux valeurs de « confiance » et de « liberté d’action » de l’entreprise.

Quand Vig est arrivé à Hanovre, il ne parlait pas un mot d'allemand. Né en Inde, il avait postulé pour un stage chez Continental aux États-Unis. L’offre de stage indiquait : « l'anglais courant suffit ». Aujourd’hui, Vig – nom complet : Vigneshwar Kalyanasundaram – est l'un des diplômés du pool de stagiaires « Découverte R&D » organisé par le service R&D de la division Pneus deux fois par an. Une dizaine de diplômés, titulaires d’une licence ou d’un doctorat en ingénierie ou en sciences de la nature, participent à chaque session. Au cours des six premiers mois, ils s’attèlent à des tâches techniques, prennent des contacts, développent leurs réseaux et apprennent les fondamentaux sur les pneus. Ce qui rend ce stage unique, c'est que les jeunes talents organisent eux-mêmes le programme dès le premier jour.
« Nous avons beaucoup de liberté créative », dit Vig.
« Et c'est aux stagiaires de la mettre à profit. »

Ann-Kristin Schneider, du service RH, qui supervise le programme des stagiaires en tant que coach, explique les avantages de cette approche : « Les employés R&D de Continental travaillent principalement sur des projets, de la définition des objectifs jusqu'à la validation, en passant par différentes étapes. » Les nouveaux talents doivent se familiariser dès le début avec le système de gestion de projet de Continental et les méthodes de travail du centre de développement. Mais il ne suffit pas de maîtriser la technologie et la méthodologie : l’esprit d'équipe est fondamental. Et cela ne peut fonctionner que s'il y a un respect de la personne, et que chacun est libre de prendre ses propres décisions. C'est pourquoi la « confiance » et la « liberté d'action » sont deux des valeurs fondamentales de Continental.

Indépendant, mais pas seul

Lorsqu’on interroge Silke Glasewald sur son stage, elle en parle avec enthousiasme. « Nous devions travailler sur des projets réels et ils attendaient des résultats concrets, ce qui a vraiment stimulé notre imagination. » Nous travaillions de manière autonome, mais nous ne nous sentions pas délaissés pour autant. Les stagiaires forment un groupe de projet rattaché directement au responsable R&D. Le cahier des charges se résume à l’objectif, aux délais et aux ressources. C’est aux stagiaires de déterminer comment atteindre cet objectif. « Un groupe a fait très attention aux aspects environnementaux, de leur consommation de papier aux panneaux solaires sur le toit », raconte la représentante RH Ann-Kristin Schneider.

Diriger et motiver une équipe sans être supervisé, ce n'est vraiment pas facile pour des jeunes qui sortent de l'université. Mais c'est exactement ce qui les attend au quotidien dans leur vie professionnelle, une fois qu’ils auront décroché le poste de leurs rêves dans six mois.

Un penchant pour le multiculturalisme

Il y a une chose qui rend le travail d'équipe plus gai, mais aussi plus stimulant : des personnes originaires de 56 pays différents travaillent au service R&D de la division Pneus de Continental. Plusieurs cultures différentes se côtoient et il faut un certain tact pour gérer les différences. « J'adore cette atmosphère internationale », confie Silke Glasewald. « Nous apprenons énormément les uns des autres, c'est vraiment stimulant ! » La proportion de stagiaires femmes est d'environ 40 %. Tout le monde parle anglais. « Nous proposons aux stagiaires des cours d'allemand, surtout pour les aider à s’intégrer dans la vie sociale de Hanovre », dit Ann-Kristin Schneider. 

Au bout de six mois dans le pool, l’accent est mis sur la production et les stagiaires développent leurs propres pneus. « C'est une partie cruciale du programme », souligne l'ancien stagiaire Nicolai Setzer, membre du Conseil d'administration de Continental. « Cela permet d’acquérir beaucoup d'expérience pratique, de s’habituer à travailler le caoutchouc et d’avoir un aperçu du travail d'un opérateur sur machine. » Cela permet également aux stagiaires d’avoir encore un an et demi pour apprendre à mieux connaître l'entreprise de différents points de vue. Ils travaillent pendant trois mois sur des projets dans l'une des usines internationales de Continental, et suivent des collègues des services marketing et commercial pendant trois semaines pour découvrir le métier. Ainsi, les stagiaires apprennent non seulement comment sont fabriqués les pneus, mais également tout leur parcours jusqu’au client.  Enfin, les idées sont converties en nouveaux produits dans le programme R&D « Découverte des pneus » de Continental. Prenons par exemple les pneus de haute technologie pour véhicules utilitaires conçus pour supporter de lourdes charges. Les recherches théoriques ont leurs limites : il faut de la passion pour faire de ces produits une réalité.