Pneus tourisme /camionnettes / 4x4

À court d'excuses ? 10 raisons pour ne pas aller courir

Trop froid, trop humide, trop malade... il semberait que les coureurs ne se sentant pas prêts à courir ne soient pas en manque d'excuses. Le Docteur Thomas Wessinghage les a toutes entendu. Il possède 22 titres allemands en course, il a été champion d'europe du 5 000 mètres en 1982, et aujourd'hui il détient toujours le record en course du 1 500 et 2,000 mètres. En tant que médecin-chef et directeur médical dans plusieurs cliniques en Bavière Dr. Wessinghage nous a donné les raisons qui contiennent un grain de vérité, et celles qui ne sont que des pretextes.

 

1. Je pense que je couve quelque chose 

Le conseil le plus important qu'un docteur peut donner à un coureur est une règle empirique assez simple : si vous avez de la fièvre, vous ne devriez certainement pas courir. Autrement, vous avez pas besoin d'abandonner totalment votre course si vous vous sentez un peu patraque. Cependant, vous ne devriez pas pousser vos limites et allez au-delà. Faire une activité modérée peut activer votre système immunitaire. D'un autre côté, une activité intense n'améliorera pas les défenses de votre corps, au contraire, elle les rendra plus faibles. Les marathonninens , par exemple on besoin de plusieurs semaines pour que leurs systèmes immunitaires reviennent à la normale. Après une maladie avec de la fièvre il est conseillé de faire un break sportif d'une semaine. Certains athlètes, peuvent être névrotiques en ce qui concerne leurs horaires de formation. S'ils ne sont pas en mesure de s'entraîner pendant trois jours, ils ont le sentiment qu'ils vont perdre tous les progrès qu'ils ont réalisés . Il n'en est rien, une pause d'une semaine ne nuira pas à vos performances. Au contraire, en fait - votre maladie persistera beaucoup plus longtemps si vous recommencez à faire de l'exercice trop tôt. Et si vous avez de la fièvre, dans le pire des cas, les muscles cardiaques risquent de s'enflammer, une condition qui peut même être fatale.

 

2. Il fait trop froid

En Europe centrale, la neige et le froid ne sont vraiment pas une raison pour ne pas courir. Pour stimuler votre système immunitaire, il n'y a presque rien de mieux que de faire de l'exercice (à un rythme approprié) dans la neige. Mais après votre course, vous ne devriez pas rester dans le froid dans vos vêtements humides et moites pour faire vos étirements. Cela augmentera vos risques de tomber malade. Je vous recommande donc de changer vos vêtements et de terminer votre routine d'étirement au chaud chez vous. On dit souvent que si vous partez pour une longue période à des températures inférieures à zéro, les fluides pourraient geler dans vos bronches, entraînant une irritation chronique des voies respiratoires et une variété d'autres symptômes. Ce danger n'existe que dans les régions qui connaissent des températures sous zéro à deux chiffres comme le Canada ou la Sibérie. Aux températures hivernales moyennes de l'Europe centrale, il n'y a aucun risque que cela se produise.

 

3. J'ai encore mal de la dernière fois 

Oui, la bonne vieille douleur musculaire - le corps peut être sensible. Lorsqu'il doit transmettre une mauvaise nouvelle, la douleur est son seul moyen de communication. Ignorer de tels messages est une mauvaise idée. Le conseil sportif standard de «marcher» n'est pas appuyé par des preuves médicales. Des muscles extrêmement douloureux sont le signe que nous nous sommes poussés bien au-delà de la limite de ce que notre corps peut supporter. Bien que la douleur provienne de blessures microscopiques, elles ont encore besoin d'une chance de guérir. Si vos muscles sont raides et douloureux, je vous recommande de prendre les choses lentement. Marchez de 15 à 30 minutes le premier jour, intercalez votre marche avec des intervalles de 10 minutes de jogging le deuxième jour et travaillez jusqu'à peut-être une course de 30 minutes d'ici la fin de la semaine.

 

4. Mes allergies me tuent 

Même lorsque vous êtes au milieu de votre rhume des foins annuel, vous n'avez pas à renoncer à toutes les activités physiques. Mais si vous vous sentez faible et fatigué à cause de vos allergies, il est préférable de diminuer l'intensité de vos entraînements. Soyez prudent avec vos médicaments, surtout si vous avez besoin de plus de médicaments pour faire votre course que vous n'en prendriez dans des situations quotidiennes normales. Au lieu d'augmenter votre dose et de risquer d'éventuels effets secondaires, vous devez adapter votre programme d'entraînement à votre état de santé actuel. La règle la plus importante est d'essayer d'éviter les allergènes. Évitez de courir dans des zones où le pollen est fortement présent.Et voici une petite astuce pour les victimes du rhume des foins, qui font du jogging près des côtes : si vous le pouvez, choisissez de courir sur la partie de la côte où les vents dominants viennent de la mer, car de cette façon, l'air sera (presque) sans pollen. 

Dr. Thomas is an athlete and a physician. He’s won 22 German running titles, was the 1982 European champion in the 5,000 meters, and today still holds the German record in the 1,500- and 2,000-meter races. He started his career in medicine while still racing as a top athlete. Today Wessinghage (67) serves as chief physician and medical director in three hospitals near the Tegernsee lake in Bavaria. Photos: Wessinghage

5. Mon pouls s'emballe

La fréquence de votre rythme cardiaque dépend d'un certain nombre de facteurs différents, tels que l'âge, le sexe et le mode de vie. Par exemple, une jeune femme mince qui vient de commencer à courir aura un pouls plus élevé. C'est normal et pas du tout dangereux - les petits coeurs dans des corps plus minces battent simplement plus vite que les plus gros coeurs. Un pouls élevé n'est pas une raison pour limiter votre exercice. En fait, après un certain temps, votre fréquence cardiaque n'augmentera pas aussi rapidement car votre système cardiovasculaire et votre métabolisme se seront habitués à l'exercice. Cela dit, je recommande à tous les débutants de consulter leur médecin pour un examen physique avant de commencer un programme d'exercice régulier. Les personnes qui ont un pouls particulièrement faible en raison d'un problème cardiaque devraient toujours demander à leur médecin si l'entraînement en endurance leur conviennent.


6. C'est ma pression artérielle

Dans la plupart des cas, l'exercice est un bon moyen de lutter contre l'hypertension artérielle. Cependant, il y a certaines exceptions. Les personnes traitées pour une pression artérielle élevée avec un indice de pression artérielle supérieur entre 180 et 200 ne devraient pas courir. Au lieu de cela, ils devraient d'abord demander un traitement à un spécialiste. Si votre tension artérielle n'est que légèrement élevée, vous pouvez généralement la réduire de manière significative en modifiant votre mode de vie, comme un exercice de faible intensité. L'activité physique et la perte de poids peuvent vous aider à réduire votre tension artérielle systolique (numéro supérieur) de dix et votre pression artérielle diastolique (numéro inférieur) d'environ cinq unités. Dans de nombreux cas, les médicaments ne sont alors plus nécessaires.


7. Je ne veux pas respirer toute la pollution

Lorsque vous courez, vous respirez plus fort. Si votre itinéraire de course longe une route à fort trafic, vous inhalez automatiquement les gaz d'échappement du véhicule, ce qui signifie que plus de polluants et de particules pénètrent dans vos poumons. Ce n'est pas le point d'exercer! Vous devriez vraiment éviter les rues animées aux heures de pointe. Si possible, il est préférable de suivre un itinéraire différent ou à une heure différente de la journée. Mais cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas courir du tout. Il y a toujours un parc ou un quartier plus calme à proximité.

 

8. Je suis en pleine digestion

Ça n'a pas beaucoup de sens de manger et de courir. Vous devez attendre au moins 1,5 à 2 heures après un repas pour aller courir, et certaines personnes ont besoin de beaucoup plus de temps pour digérer leur nourriture. En cas de doute, vous pouvez toujours réduire la quantité que vous mangez. Si vous aimez courir l'après-midi, il vaut probablement mieux de réduire votre déjeuner et manger plus le soir à la place.

 

9. Je beaucoup trop bu hier soir

Une soirée au bar ne doit pas vous empêcher de courir le lendemain. Mais c'est une raison pour aller doucement et écouter votre corps. Faire quelque chose pour faire à nouveau circuler votre sang, stimuler votre bien-être et chasser vos maux de tête à l'air frais est généralement une bonne stratégie. Mais quiconque croit devoir se dépasser après une soirée arrosée a probablement un plus gros problème que «juste» une gueule de bois.

 

10. Je suis en voyage et je n'ai pris que de simples baskets

Vous n'êtes pas obligé de zapper votre course simplement parce que vous n'avez pas les chaussures parfaites. Il est facile d'adapter le type et l'intensité de votre entraînement à l'équipement en main. Si je n'ai que des baskets régulières, par exemple, je cours moins que je ne le ferais dans mes chaussures de course préférées, je fais plus de pauses et j'ajoute des étirements et d'autres exercices. En d'autres termes, un état d'esprit plus détendu concernant les horaires et les objectifs d'entraînement peut être bon pour de nombreux fanatiques de course à pied. Très bien même !