Pneus tourisme /camionnettes / 4x4

Image Service Média Continental France

Le président Bmw M Club France France teste notre SportContact™6

19/08/2017

M. Anthony Féraud, Président « BMW M Club France » teste le SportContactTM6 sur la BMW M4 GTS. Retour d’expérience :


1ere img Dijon
2eme img SportContact™6 Dijon

19/07 : Circuit de Dijon Prenois avec Dijon Auto Racing.

Ça doit faire au moins 4 ans que je ne roule plus qu’en slick ou semi slick, j’ai hâte de voir les progrès qui ont été faits sur les pneus Ultra Haute Performance, surtout que la voiture n’est pas spécialement faite pour rouler en pneus autre que semi slick. (J’ai quand même beaucoup d’interrogations sur le grip, la dégradation … surtout en prévision de la température annoncée, entre 30 et 35 degrés)

Je préfère me faire mon avis et le partager.

RDV pris pour le montage des SportContactTM6 chez BMW 6eme Lyon mardi matin (merci à eux et à Continental France pour leur professionnalisme, une équipe au top et toujours à l’écoute), je récupère la voiture le soir, et départ pour rejoindre la Team DM Performance à Dijon.


J’en profite pour me faire un premier avis sur route. La première chose qui frappe c’est la légèreté et la directivité du train avant que procure le SportContactTM6, le Trofeo R m’avait fait le même effet. Très confort à rouler, aucun bruit de roulement n’est à constater dans la voiture. Bref un pneu de premier choix pour une utilisation route. Je n’ai pas eu le temps de faire un essai « bolidage » avec, mais je pense qu’il fera également l’affaire.

J’arrive enfin à l’hôtel, grave à la bourre il est déjà minuit (merci les travaux et l’autoroute fermée entre Lyon et Villefranche !!!). 

img 3 Dijon SPC6

Debout 6h30, douche, on ferme la valise, et direction le petit déjeuné. On retrouve les copains, puis hop voiture et en route pour le circuit.

On arrive sur le circuit, on décharge les affaires (merci à David M pour le box).

Changement des plaquettes avant, c’était prévu, merci à David M pour le travail effectué.

Avant de prendre la piste, briefing, comme d’habitude, rien de spécial, on récupère les accès piste et en route !

Les premiers tours de piste effectués afin de mettre en pression / température, je ressors de la piste pour vérifier et adapter les pressions. Je décide de rouler avec les pressions que j’utilise pour les cups2, 2.3 bar à chaud AV et 2.1 bar à chaud AR. C’est reparti, et là, grosse surprise, on n’est pas au niveau d’un semi slick, mais les progrès des pneus Continental sont indéniables. Je reste un poil prudent car ça glisse quand même un peu. Je me rends compte que les pneus ne montent pas assez en température (45 / 50°) du fait d’un roulage un peu trop cool. Je fini mon premier run comme ça, et le premier bilan est positif, le pneu se comporte très bien, pas de déformation, ni d’usure irrégulière. Ça glisse, mais c’est très progressif, on ne se fait pas surprendre, c’est très communicatif.

Deuxième run, je rajoute 0.1 bar à l’avant et 0.2 bar à l’arrière. J’augmente le rythme pour amener les pneus aux alentours 75°. Ca va tout de suite mieux, je peux commencer à attaquer comme il se doit, le train avant est très directif, ça dérive mais rien de trop grave, on rejoint les points de corde, aux freinages il faut freiner un poil plus tôt que les semi, mais avec les SportContactTM6 on peut rentrer fort sur les freins pour faire pivoter sur le train arrière qui servira de deuxième volant, on se surprend à le faire dériver avec une grande facilité pour aider l’avant et le soulager en mettant moins d’angle au volant. La carcasse du SportContactTM6 doit y être aussi pour quelque chose, puisqu’elle parait très rigide sur les flancs, ils ne se couchent pas au contraire de beaucoup de leurs concurrents. Retour au stand pour vérifier les pneus. Et encore une bonne surprise, l’usure est régulière et très légère. Le SportContactTM6 a vraiment franchi un cap, il se comporte très bien, j’ai volontairement fait des runs assez longs, une dizaine de tours par session et là où les pneus sport s’effondrent au bout de 3 ou 4 tours, ce dernier reste assez constent.

Un drapeau rouge à 11h30 viendra mettre à terme la matinée. Il est temps d’aller se restaurer. Une pizza, un café (merci Dom !), un léger debrief avec les potes et il est temps de repartir en piste.

img 4 SPC6 dijon
img 5 SPC6 Dijon

Comme à chaque reprise, je vérifie l’état de la voiture, pas de soucis, gaz !

La température extérieure est montée d’un cran, 32° en moyenne sur la journée, et malgré cela les SportContactTM6 se montrent toujours aussi performants et endurants. J’augmente encore le rythme au point de batailler avec des autos en slick et semi slick, ça glisse un peu plus mais c’est toujours aussi fun au volant, jamais de pièges, de coup de raquette, on se surprend même à jouer avec l’auto en glisse. Je ne réduis toujours pas la longueur des sessions pour en amener le pneu aux limites, et même dans ce cas le SportContactTM6 répond toujours présent. Retour au stand pour hydrater un peu.

J’enchaîne encore deux autres runs, je change juste la pression des pneus. Je descends à 2.1 bar avant et 2.0 bar à l’arrière pour voir le comportement. Ça glisse un peu plus mais on se surprend à passer de plus en vite en courbe en jouant sur la dérive des trains, je me permets même d’entretenir un peu les dérives. Le comportement du SportContactTM6 ne se dégrade pas à outrance et reste toujours à un très bon niveau de performance. J’ai fini les sessions avec le pneu avant à 120° pour tester la résistance à la chaleur, et encore une fois, bonne surprise, pas de dégradation excessive pas d’usure sur les flancs.

Et voilà fin de cette journée de test. J’avais beaucoup d’à priori que j’ai pu lever.

Ça n’est pas au niveau d’un semi slick, mais c’est normal, il n’est pas fait pour ça.

6eme img Dijon SPC6

Par contre les progrès de Continental et de leur SportContactTM6 sont nets. La voiture est très agréable à conduire, on redécouvre les joies de la glisse, ce pneu est une très bonne école pour apprendre à comprendre le comportement de son véhicule.

Le SportContactTM6 ne s’adressera pas aux chasseurs de chrono et aux mordus de trackdays à outrance, par contre il satisfera pleinement ceux qui privilégie le plaisir de conduite occasionnel sur circuit. L’usure est maitrisée, le comportement sur route comme sur circuit est bien étudié. Le SportContactTM6 est parfaitement adapté aux voitures de sport modernes et destiné aux personnes qui font 2 ou 3 sorties sur circuit pour se dégourdir les bielles.

Ce test m’aura permis de lever mes doutes, et de pouvoir dire que le SportContactTM6 est à la hauteur. La conception de la carcasse, la nature de la gomme le rendent utilisable par l’ensemble des conducteurs, il n’est même pas spécialement nécessaire d’avoir à surveiller tout le temps les pressions et températures, je l’ai trouvé bon dans toutes les situations, bref un Must Have !

Caractéristiques de la voiture

Les réglages de la voiture (BMW M4 GTS) sont les suivants :

-Train avant, -3.1 degrés de carro et 5 min de pince par roue.

-Train arrière, -2.0 degrés de carro et 10 min de pince par roue.

-Pneus avant, il faut viser 2.4 bar et 80° de température.

-Pneus arrière, il faut viser 2.3 bar et 80 ° de température.

Les pneus ont fait environ 55 tours de piste, et ont supporté les basses pressions, les fortes températures, sans jamais se montrer dangereux pour le conducteur. L’usure est faible, et pourront encore faire bcp de kilomètres sur route.

Ce site utilise des cookies pour vous donner la meilleure expérience sur notre site. En savoir plus