Pneus Industrie

Les impatients de Korbach

Continental produit des pneus de manutention industrielle à Korbach en Allemagne – les seuls à venir encore d’un pays occidental industrialisé. Cela a été possible grâce à une machine conçue par les employés eux-mêmes. 

article_66w_image1

Conduire le long des routes sinueuses dans le nord du Sauerland, c’est passer devant de beaux lacs, des forêts, des villages idylliques et des maisons à colombages aux balcons en bois débordant de fleurs. Pas exactement le terroir  imaginé pour un établissement high-tech. Et pourtant, c’est bel et bien là, dans la petite ville de Korbach, que les pneus pleins pour poids lourds, remorques, chariots élévateurs et tracteurs sont fabriqués à l’aide d’un outil de découpe automatisé high-tech – dans le seul établissement de ce genre au monde.
Pendant des décennies, différents fabricants ont tenté en vain de simplifier les processus de fabrication complexes pour les pneus spécialisés. Presque tous ont abandonné, mais les employés de l’usine Continental à Korbach se sont battus et ont eu foi en leurs idées : un nouveau genre d’embobinage qui se « marie » au caoutchouc via une barre métallique disposée directement dans le pneu. Il n’a pas fallu beaucoup de temps pour qu’une douzaine d’employé alimentent ce fil mécanique manuellement, morceau par morceau.

« Deux collègues de longue date au sein de l’équipe étaient familiers des  anciennes méthodes et ont ainsi décidé de s’investir dans la mise en place des nouvelles », se souvient Stephan Disselhoff, aujourd’hui à la tête de la production industrielle à Korbach. Ils ont ainsi converti temporairement le nouveau système en l’équipant avec le câble déjà existant. « Je savais que l’on pouvait parvenir à nos fins grâce à la technologie existante », explique Hartwig Poqué, l’un de ceux qui participent au développement des machines. Son responsable a voyagé à Hanovre, présenté son idée, et demandé le financement. Mais il y avait encore du chemin à parcourir avant que la première machine de fabrication de caoutchouc automatisée sorte de la chaîne de production. « Un dimanche matin, alors qu’employés et machines étaient au repos, nous restions pour enrouler les câbles », déclare l’ingénieur en procédé Siegbert Steuber avec le sourire. « Puis le lundi matin, nous coupions le pneu pour examiner l’intérieur. Toujours pas bon ! Chaque fois, nous nous rongions les doigts, trop impatient de découvrir le résultat ».


Une machine miraculeusement flexible

La base est la section la plus importante pour la robustesse des pneus commerciaux. Pour qu’un pneu puisse supporter une charge de 11,000 kg, la base en caoutchouc doit être parfaitement fiable. Qui plus est, la nouvelle machine devait être capable de produire différentes tailles de pneus – également pour les petites quantités de production. « Jusque-là, elle était uniquement capable de produire de grandes quantités », explique Ralf Jacob, un ingénieur électricien qui gère actuellement le contrôle technique. La nouvelle machine devait être bien plus flexible. 

Les employés de Korbach ont traversé de long en large la Forêt-Noir pour trouver les fournisseurs qui allaient construire cette machine miracle. Il surveillait les designers aussi scrupuleusement qu’ils dessinaient et testaient les logiciels de contrôle de la machine. Le premier séchage a échoué. Le responsable de la production industrielle Stephan Disselhoff avait du mal à dormir.

Mais le grand jour est enfin arrivé à la fin de l’année 2008. En trois semaines, les inventeurs ont donné naissance à leur nouvelle machine d’enroulage (connu sous le nom de WBA) à Korbach. Un beau cadeau de Noël que les employées se sont finalement offert eux-mêmes.


Toujours aussi fort

Le vrai travail commence maintenant. Le système a été recalibré à plusieurs reprises, bricolé et optimisé. Helmut Oberlies, responsable de l’entretien, a mis la main sur des centaines de pièces de rechange. Les sept cents premiers pneus sont allés faire des tests devant une sélection de clients. Chaque détail de l’essai a été enregistré, toutes les données analysées. C’est seulement après cela que le département R&D a donné son feu vert pour que les pneus fabriqués à Korbach soient mis en vente.

« Notre petite équipe a prouvé qu’avec de bonne idées et l’envie d’aller jusqu’au bout, on peut déplacer des montagnes », explique Stephan Disselhoff toujours aussi ravis. L’équipe a obtenu un brevet pour son invention. Siegbert Steuber, Hartwig Poque, Ralf Jacob et leurs collègues, sont passés depuis à de nouveaux projets.